Appellation
Châteauneuf-du-Pape, Cru des Côtes du Rhône

Nos vins de Châteauneuf-du-Pape réunissent toutes les qualités et la typicité de la prestigieuse AOC.

L'histoire de Châteauneuf-du-Pape

Le vignoble de Châteauneuf du Pape aurait été fondé par les romains. Mais ce n’est qu’en 1157 que l’on utilisa pour la première fois le nom de Châteauneuf dans sa traduction latine, Castrum Novum, probablement à cause du château que l’on venait d’y construire. Au XIIème siècle, les Templiers fortifièrent le château et commencèrent à planter des vignes. Au XIVème siècle les papes installés en Avignon, transforment le site en leur résidence et les premières références du vin de Châteauneuf datent de 1321. Le premier règlement de la culture de la vigne sur la commune de Châteauneuf date de 1727. C’est en 1922, sous l’impulsion du baron Le Roy de Boiseaumarié, propriétaire à Châteauneuf, que le syndicat des vignerons accepte un certain nombre de règles sur la région d’origine, les cépages à utiliser, la culture des raisins, le pourcentage minimal d’alcool, la sélection de la vendange, le contrôle gustatif des vins, l’interdiction du rosé. Ce règlement, unique à l’époque, est très important, car tous les règlements actuels concernant l’AOC, attribuée en premier en 1936 à Châteauneuf, en découlent directement.

Châteauneuf-du-Pape rouge

Production majoritaire de la célèbre AOC, le vin rouge de Châteauneuf-du-Pape est le véritable porte drapeau des vins de la vallée du Rhône. Connue à travers le monde pour ses fameux terroirs de galets roulés, elle produit des cuvées aux couleurs intenses et aux arômes puissant, fins et complexes. Les arômes riches de fruits mûrs, de truffe, de champignon et de sous-bois dominent ; ils s’accompagnent de notes épicées et sauvages de la garrigue provençale.

Châteauneuf-du-Pape blanc

De même que l’appellation Cairanne, Châteauneuf du Pape a une production de vins blancs bien inférieure aux vins rouges puisqu’elle ne représente que 7%. Mais sa renommée est bien plus importante. Connu pour ses 13 cépages, ce Cru en compte 6 blancs : le Grenache blanc, la Clairette, la Roussanne, le Bourboulenc, le Picpoul et le Picardan. Le Grenache blanc, mutation du Grenache noir, est le cépage le plus couramment utilisé. Peu acide, il apporte la structure et la longueur en bouche aux côtés de la Clairette et du Bourboulenc, plus floraux, du Picpoul plus vif.

Décret d'appellation

Datant de 1936, il correspond aux règlements acceptés en 1922 :

  • surfaces délimitées sur le village de Châteauneuf-du-Pape et des trois communes environnantes (soit 3200 hectares actuellement) avec treize cépages autorisés (en rouge : Grenache, Syrah, Cinsault, Muscardin, Vaccarèse, Counoise, Mourvèdre, Terret ; en blanc : Clairette, Bourboulenc, Roussane, Picardan, Picpoul) ;
  • sélection manuelle de la vendange et suppression d’au moins 5% de râpé ;
  • rendement maximum de 35 hl par ha, degré minimum de 12,5 % d’alcool.

Le terroir de l'appellation

L’originalité de ce terroir sur la rive gauche du Rhône dans sa partie méridionale, réside dans la composition des sols : terrasses caillouteuses de diluvium alpin – fameux galets roulés qui emmagasinent la chaleur le jour et la restitue la nuit – pentes argileuses, quelques plaques sableuses qui recouvrent un sous-sol à dominante calcaire pouvant affleurer. Un microclimat dérivé du climat méditerranéen dominant permet de bénéficier d’un ensoleillement exceptionnel, où l’aide du mistral est loin d’être négligeable.

Fermer le menu