Appellation Côtes du Rhône

Le long des méandres du Rhône et de ses berges douces, les vignobles de l’appellation Côtes du Rhône s’épanouissent
sur 171 communes avec des terroirs riches et variés.

Histoire de l'appellation Côtes du Rhône

La vigne est cultivée dans la Vallée du Rhône depuis plus de 2000 ans. Elle y a trouvé des conditions naturelles exceptionnellement favorables, et sa situation de part et d’autre d’un fleuve, qui fut un axe privilégié de communication, a garanti la notoriété de ses produits.
Au Nord, les premiers vignobles cultivés apparurent à la fin de l’ère préchrétienne après l’installation des légions romaines. Au Sud, la culture de la vigne se développe plus tard, grâce à deux puissances qui se font face : sur la rive gauche l’Etat Papal au 14ème siècle, et surtout sur la rive droite le royaume de France qui au 17ème siècle, favorise l’extension du vignoble gardois.

Décret d'appellation Côtes du Rhône

En 1937, l’appellation Côtes du Rhône est consacrée. Son statut définit avec précision ses règles de production. L’aire de production recouvre 56 600 hectares (deuxième appellation de France en surface) concernant 163 communes sur 6 départements. Le degré minimum des vins est de 11 % et le rendement maximum est de 50 hectolitres à l’hectare, chiffre relativement bas pour une appellation régionale. 23 cépages peuvent entrer dans la composition de l’ A.O.C. Côtes du Rhône. Les plus utilisés sont : en rouge, la Syrah (cépage unique septentrional), le Grenache (cépage de base méridional) auxquels sont associés le Mourvèdre, le Cinsault et le Carignan. Pour les blancs, Viognier, Marsanne et Roussane sont les cépages septentrionaux ; ils peuvent être associés au Grenache blanc, à la Clairette et au Bourboulenc, cépages principalement méridionaux.

vigne

Terroir de l'appellation Côtes du Rhône

Plaqué sur les derniers contreforts des Alpes, du Massif Central et des Cévennes, le vignoble des Côtes du Rhône est une entité géographique bien définie. On distingue deux zones dans l’aire des Côtes du Rhône.
Zone Septentrionale : entre Vienne et Valence, la vigne couvre la rive droite du fleuve dans les départements du Rhône, de la Loire et de l’Ardèche. Sur la rive gauche, elle occupe les coteaux escarpés autour de Tain l’Hermitage. Cet ensemble de terroirs se caractérise par un sol granitique et un climat continental modéré.
Zone Méridionale : de Livron à Montélimar, la vigne cède le pas à d’autres cultures. C’est après le défilé de Donzère qu’elle envahit à nouveau les deux rives du fleuve. Déjà importante sur la rive droite dans les départements de l’Ardèche et du Gard, elle s’étale largement sur la rive gauche entre la basse Drôme et le sud du Vaucluse. Là, la vigne pousse sur des sols d’origine calcaire recouverts d’alluvions (argile rouge, grès, sable, mollasses sableuses, …). Sec et chaud, le climat est méditerranéen et les vins plus chaleureux.

Appellation Côtes du Rhône, vin rouge, blanc et rosé

Les vins des côtes du Rhône possèdent une palette de 21 cépages différents, offrant une multitude de styles et de caractéristiques. Même si le climat et le sol sont les principaux facteurs de leur implantation, la sélection par les vignerons garanti la finesse et la richesse des assemblages. Les Côtes du Rhône sont à 87% des vins rouges, et le Grenache est souvent prédominent, accompagné de Syrah et Mourvèdre. Le Cinsault est le compagnon principal des 7% de vins rosés produits. Enfin, 80% de l’encépagement des vins blancs sont représentés par le Grenache blanc, Clairette, Marsanne, Roussanne, Bourboulenc et Viognier.

Fermer le menu